Risque d’événements thromboemboliques veineux liés à l’utilisation des inhibiteurs de la dipeptidyl-peptidase-4

Dans une précédente étude réalisée par la plateforme DRUGS-SAFE, un signal de sécurité a été identifié entre l’utilisation des inhibiteurs de la dipeptidylpeptidase-4 (DPP-4), une classe d’antidiabétiques récemment commercialisés, et le risque de survenue d’événements thromboemboliques veineux (ETV). Etant donné la forte utilisation de ces médicaments, ce signal de sécurité pourrait revêtir un impact majeur en termes de santé publique s’il était avéré.

Les inhibiteurs de la dipeptidylpeptidase-4 (DPP-4) sont une classe d’antidiabétiques commercialisée en France à partir 2008 comme traitement de 2ème ou 3ème intention chez les patients atteints de diabète de type 2. Ils ont été très rapidement adoptés par les prescripteurs –ils représentent actuellement la 3ème classe d’antidiabétiques utilisée en France– car ils offraient une alternative intéressante en raison notamment de leur moindre propension à augmenter le poids et à induire des hypoglycémies. Néanmoins, leur sécurité d’utilisation est encore loin d’être parfaitement connue, notamment en conditions réelles d’utilisation où les études pharmaco-épidémiologiques ont jusqu’à présent principalement focalisé leurs recherches sur les risques d’insuffisance cardiaque, de pancréatites, et d’infections pulmonaires.

Dans une précédente étude réalisée par la plateforme DRUGS-SAFE visant à développer un système automatisé de détection et de priorisation des signaux de sécurité adapté aux données médico-administratives françaises, un signal de sécurité a été identifié entre l’utilisation de ces médicaments et le risque de survenue d’événements thromboemboliques veineux (ETV). Des analyses complémentaires réalisées à partir des données de notifications spontanées collectées dans VigiBase®, la base de données de l’Organisation Mondiale de la Santé, sont venus renforcer l’hypothèse de l’existence de cette association.

Etant donné les fréquences élevées de l’utilisation des inhibiteurs de la DPP-4 et de la survenue des ETV dans la population française, ce signal de sécurité pouvait revêtir un impact majeur en termes de santé publique s’il était avéré. Il apparaissait ainsi crucial d’investiguer de manière approfondie l’existence de ce risque.


Valorisation de la recherche

Publication

Publications

Article en cours de réalisation


Avertissement : Le contenu de la publication n’engage que ses auteurs et ne reflète pas nécessairement la position de l’ANSM