Prévision de l’impact de modifications réglementaires du médicament

Les habitudes de consommation de médicaments en France sont fréquemment modifiées par des décisions des pouvoirs publics. Ainsi, il serait utile de pouvoir anticiper, si possible avant la prise de décision, l’impact potentiel de telles modifications sur des indicateurs épidémiologiques d’événements de santé associés à ces traitements (indications ou effets indésirables).

L’objectif de ce projet est de proposer une méthodologie permettant d’anticiper l’impact possible de modifications d’usage des médicaments sur la prévalence de pathologies qui constituent soit des indications soit des effets indésirables du traitement. L’exemple motivant qui est utilisé pour la mise au point de la méthode concerne l’impact d’une réduction de consommation des benzodiazépines sur la prévalence de la démence. L’hypothèse majeure de cette approche, est que l’on considère que le médicament (les benzodiazépines dans l’exemple) a un effet causal sur le risque de la pathologie (ici la démence).

Une approche par simulations de Monte Carlo en temps discret à partir d’un modèle « illness-death » markovien non-homogène a été implémentée afin de faire des projections d’indicateurs de santé publique comme la prévalence de la démence, l’espérance de vie avec ou sans la démence, l’âge moyen d’apparition de la démence ou la probabilité vie entière de devenir dément. Ce projet fait suite à un précédent travail visant à évaluer l’impact d’interventions ciblant les facteurs de risque sur le fardeau épidémiologique futur de la démence*. Le modèle sous-jacent et les indicateurs d’intérêt sont les mêmes mais la complexité des applications possibles en pharmaco-épidémiologie (consommation de médicaments dépendant du temps et liens possibles avec plusieurs pathologies) a conduit à adopter l’approche par Monte Carlo en temps discret au lieu de l’estimation en temps continue précédente.

Dans l’exemple qui concerne la relation entre l’exposition aux benzodiazépines et la démence, la consommation chronique de benzodiazépines a été définie comme une consommation continue durant au minimum 6 mois consécutifs après 65 ans. Un consommateur chronique est considéré à sur-risque de démence jusqu’à la fin de sa vie. L’algorithme de simulations permet de comparer le fardeau épidémiologique de la démence une année donnée (en 2040 par exemple) à travers les différents indicateurs épidémiologiques évoqués plus haut, selon différents scénarios de réduction de la consommation chronique de benzodiazépines qui seraient mis en place à partir de l’année 2020.

Par la suite, nous souhaitons étendre cette méthode à de nouvelles applications afin d’évaluer l’impact de modifications de l’exposition à certains médicaments dans le cadre d’autres maladies chroniques.

* Wanneveich M, Jacqmin-Gadda H, Dartigues J, Joly P. Projections of Health Indicators for Chronic Diseases Application to dementia. Population Association of America Annual Meeting (31 mars–2 avril 2016, Washington DC). 2016


Valorisation de la recherche

Speech

Communications en congrès

  • Population Association of America Annual Meeting (31 mars–2 avril 2016, Washington DC, Etats-Unis)

Wanneveich M, Jacqmin-Gadda H, Dartigues JF, Joly P. Impact of Public Health intervention targeting risk factors, on chronic disease burden.

Guillet F, Joly P, Pariente A, Jacqmin-Gadda H. Evaluation of potential impact of benzodiazepine consumption reduction on future of dementia burden.

Avertissement : Le contenu de la publication n’engage que ses auteurs et ne reflète pas nécessairement la position de l’ANSM