Risques vasculaires associés aux fluoroquinolones

Les fluoroquinolones sont une classe d’antibiotiques largement utilisée. Alors que les atteintes tendineuses sont les effets indésirables les plus connus de ces médicaments, se pose aujourd’hui la question d’une atteinte potentielle des artères.

Les fluoroquinolones sont une classe d’antibiotiques largement utilisée. L’un des effets indésirables les plus connus des fluoroquinolones correspond aux atteintes tendineuses, pouvant aller jusqu’à la rupture du tendon. Les mécanismes pouvant expliquer ces atteintes sont un effet négatif sur la synthèse du collagène et de l’élastine par majoration essentiellement de la synthèse de métalloprotéinases extracellulaires. Mais l’altération du collagène causée par les fluoroquinolones pourrait avoir d’autres conséquences. Deux nouvelles cibles potentielles ont ainsi été récemment rapportées. D’une part, différentes études dont une conduite par l’ANSM sur une extraction de données issues du SNIIR-AM a montré que l’utilisation de fluoroquinolones était associé à un risque accru de décollement rétinien. D’autre part, deux équipes, l’une canadienne et l’autre taïwanaise, ont montré via leurs travaux sur des bases de données de remboursements de soins, que la paroi aortique pourrait être aussi une cible potentielle des fluoroquinolones. Dans ce contexte, se pose la question d’une atteinte potentielle par les fluoroquinolones de l’ensemble des cibles vasculaires à composante conjonctive et élastique (aorte, mais aussi artères cérébrales, artères des membres…) et de leur capacité à pouvoir déclencher ou aggraver des anévrismes pouvant aller jusqu’à la rupture.

L’objectif principal de cette étude est d’évaluer l’association entre l’utilisation d’une fluoroquinolone et la survenue d’un anévrisme artériel compliqué ou non d’une dissection de cette artère / d’une rupture anévrismale.


Valorisation de la recherche

En cours de réalisation

Avertissement : Le contenu de la publication n’engage que ses auteurs et ne reflète pas nécessairement la position de l’ANSM